En matière de contrôle médical, voici une critique parfois entendue chez certains employeurs. Une critique qui amène plusieurs réponses.

Effectivement, dans 57% des cas pour être précis (vous pouvez consulter ici les statistiques de nos contrôles), le résultat d’un contrôle médical confirme un « état de maladie persistant ». Si le salarié concerné faisait l’objet d’une rumeur d’arrêt maladie abusif, le contrôle médical dissipe le doute ! Un rapport factuel indiquant que l’arrêt est médicalement justifié met un terme aux médisances au sein de son équipe.

Dans les cas où le médecin contrôleur indique que l’arrêt n’est plus médicalement justifié, il ne contredit pas le médecin prescripteur. L’intervention du médecin contrôleur se limite à juger l’état de santé du salarié, à la date du contrôle. Cet état peut en effet avoir substantiellement évolué depuis la date de prescription de l’arrêt médical. Lors de la rédaction de l’arrêt maladie, le médecin prescripteur a émis une hypothèse concernant la durée de la maladie. Cette prévision peut se révéler contredite par un rétablissement plus rapide que prévu. Qui n’a jamais eu la bonne surprise de se voir rétabli plus rapidement ? En tout état de cause, le médecin contrôleur s’intéresse uniquement à l’état de la personne contrôlée et non pas au travail de son confrère !