Voilà une nouvelle qui ne vous a sûrement pas échappé : le retour du jour de carence pour les fonctionnaires.

L’assemblée a entériné ce lundi 20 novembre la disposition du projet de loi de finances pour 2018 qui prévoit de réinstaurer la journée de carence pour les fonctionnaires. Cette mesure concerne les fonctions publiques d’état, les collectivités territoriales et les hôpitaux. La conséquence pratique : la première journée d’arrêt maladie d’un fonctionnaire ne sera plus payée.

Cette mesure va prendre effet alors qu’une étude de l’assureur Sofaxis mettait en lumière une progression significative de l’absentéisme au sein des collectivités locales

Et justement : c’est la question que l’on peut légitimement se poser… Quel est l’impact sur l’absentéisme du jour de carence ? En effet, nous disposons d’une « fenêtre temps » significative : le jour de carence des fonctionnaires avait été supprimé en janvier 2012 (Nicolas Sarkozy était à l’époque président) et avait été rétabli en janvier 2014 (par François Hollande). Deux présidents, deux ans : largement de quoi faire un bilan ! La bonne nouvelle vient de l’Insee, qui a réalisé une étude approfondie sur le sujet. Le résultat est spectaculaire concernant les arrêts de deux jours :

Impact jour de carence fonctionnaire

Dans son étude, l’Insee reconnait clairement l’effet dissuasif du jour de carence. Mais l’organisme évoque également que les agents ont pu remplacer l’arrêt maladie par un jour de RTT, un jour de congé ou encore une autorisation d’absence et qu’au final, la part des absences d’une journée n’aurait pas évolué. Vous pouvez consulter ici l’intégralité de l’étude de l’Insee.

Mais vous : au sein de votre service, qu’avez-vous constaté ? Et à partir de 2018, comment comptez-vous vous adapter à cette nouvelle règle ? Vous fera-t-elle utiliser différemment le contrôle médical ?